Société
Justice
Editorial
Culture
Economie
Education
Environnement
Sports
Santé
Sciences
Diplomatie
Politique
Sécurité
Autres

Vers une agriculture moderne accès sur le développement des chaînes de valeurs agro-industrielles

Economie
: publié Jeudi, le 23/05/2024 par NKURUNZIZA Dieudonné

Imprimer
Le ministère de l'environnement, de l'agriculture et de l'élevage en collaboration avec la Plateforme pour la Gestion des Risques Agricoles (PARM) a procédé jeudi le 23 mai 2024, à la restitution des résultats préliminaires de l’étude d’évaluation des risques agricoles au Burundi, pour les filières riz, maïs et lapin.
Selon le représentant de la Plateforme pour la Gestion des Risques Agricoles (PARM), Jean Claude Bidogeza, la prévalence et la complexité des risques multiples auxquels sont confrontés les systèmes agricoles, continuent à rendre le secteur agricole de nombreux pays, extrêmement vulnérable.

C'est dans ce contexte que les pays du G20 ont établi en 2013 le PARM, avec comme mission de fournir un appui technique aux gouvernements des pays en développement pour l'intégration de la gestion des risques agricoles, de l'assurance agricole, les capacités institutionnelles et les investissements.

La PARM est donc particulièrement bien placée pour aider les pays en développement, à identifier les domaines dans lesquels les réformes politiques et les investissements ciblés, peuvent être les plus efficaces pour renforcer la résilience du secteur agricole.
Au Burundi, la PARM mène des actions conjointement avec le ministère de l'environnement, de l'agriculture et de l'élevage, après que le gouvernement du Burundi ait signé une aide-mémoire pour la formalisation de sa participation à la PARM2, traduit ensuite en plan d'action conjoint.

Quant à l'assistant du ministre Emanuel Ndorimana, il a fait savoir que la première phase du processus de la PARM a permis de cibler le maïs, le riz et le lapin comme les trois chaînes de valeur sur lesquelles focaliser l’étude d’évaluation des risques.
Ces chaînes de valeur ont été choisies par le gouvernement du Burundi en fonction de leur place dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que dans l’emploi et l’économie burundais, leur exposition aux risques agricoles et leur caractère prioritaire au sein de la politique agricole nationale, des programmes mis en œuvre par l’État et ses partenaires techniques et financiers.

A travers la nouvelle vision du pays, l’objectif du Gouvernement assigné au secteur agricole, est d’instaurer une agriculture moderne axée sur le développement des chaînes de valeurs agro-industrielles, contribuant à renforcer la résilience des ménages agro-pastoraux, tout en assurant la sécurité alimentaire du pays.
Selon l'assistant du ministre de l'environnement, de l'agriculture et de l’élevage, les attentes par rapport à cet atelier sont au nombre de cinq à savoir : une liste consensuelle des principaux risques ; des outils et instruments de mitigation de ces risques; des modalités de mise en œuvre des solutions préconisées, incluant la maîtrise de la gestion de l’eau, le recours au partenariat public-privé (PPP) et la mise en place d’un mécanisme d’assurance et de garantie agricole ; le coût associé à ces remèdes ; ainsi qu’un plan de mobilisation des ressources et un calendrier de mise en œuvre.
Au cours de cette restitution, les experts ont montré certains risques de la filière cunicole notamment liés à la santé (maladies virales, parasitaires et bactériennes), au marché (surproduction de viande, déjections...), à la logistique (mortalité durant le transport, coupure d'électricité...) et l’accès aux financements.

Les experts ont émis des stratégies pour minimiser les risques agricoles notamment la gestion résiliente de l’eau et collective pour les filières mais et riz, aménagement hydro agricoles, gestion collectives des infrastructures de l’eau, de stockage, l’aménagement des bassins versant, évacuation de l’excès d’eau, protection du sol par de haies antiérosives. Concernant la filière cunicole, les stratégies à prendre sont entre autres former les experts nationaux, le service vétérinaires spécialisé, l’importation encadrée des lapins, la promotion des produits issus du lapin, la formation des moniteurs agricoles.
Economie
radio stream
Radio en ligne Chaine 1
Radio en ligne Chaine 2
©Radio Télévision Nationale du Burundi
12 Avenue 13 OCTOBRE | BP 1900 BUJUMBURA BURUNDI
Téléphone +257 22 216 559 | Email :rtnb@rtnb.bi , info@rtnb.bi