Société
Justice
Editorial
Culture
Economie
Education
Environnement
Sports
Santé
Sciences
Diplomatie
Politique
Sécurité
Autres

La contribution au sein des associations de développement ne doit pas être forcée

Société
: publié Jeudi, le 11/01/2018 par BIGIRIMANA Raphaël

Imprimer

L’administration de la commune urbaine de Muha en mairie de Bujumbura indique que la contribution au sein des associations de développement ne doit pas être forcée. Il l’a dit suite aux lamentations des populations des communes urbaines qui s’insurgent contre la demande forcée de contributions par des associations auxquelles ils ne sont pas membres. L’administrateur de la commune Muha a précisé que s’il est prouvé qu’une personne a contribué sans qu’il soit membre de l’association, sa contribution lui sera remise.

L’administrateur de la commune Muha indique qu’il a interpellé les gens qui exercent des métiers à se regrouper en association (les soudeurs, les couturiers, les coiffeurs…) pour qu’ils puissent se développer.

Il précise néanmoins que l’adhésion à ces associations est volontaire. Il n’y a pas une obligation pour adhérer à une telle association, chacun choisi de son gré l’association dans laquelle elle va adhérer a-t-il martelé.

Suite au regroupement des membres de ces associations, les prix ont sensiblement augmenté. Par exemple, pour un coiffeur, il est passé par 500 Fbu par tête à 1000 fbu en zone Musaga. Répondant à cette inquiétude de la population de Musaga, l’administrateur de la commune Muha fait savoir qu’il n’est pas au courant de cette hausse des prix.

Il souligne qu’il va dépêcher une équipe pour qu’elle puisse enquêter sur ces informations. Au cas où la situation est comme telle, l’administrateur de Muha précise que les mesures contraignantes seront prises envers ces associations.
radio stream
Radio en ligne Chaine 1
Radio en ligne Chaine 2
Société
©Radio Télévision Nationale du Burundi
12 Avenue 13 OCTOBRE | BP 1900 BUJUMBURA BURUNDI
Téléphone +257 22 22 35 85 | Email :rtnb@rtnb.bi